recherche en cours

Une moto une histoire, Yamaha 250 TDR 1989

Novatrice en son temps, cette hybride surexcitée qui semble tout droit sortie d’une course de Supermotard a séduit David Schopfer depuis son plus jeune âge. Ce passionné a su attendre son heure pour préparer avec soin sa TDR et exacerber le caractère explosif et jouissif de son bicylindre 250cc 2 temps. Il assume parfaitement son choix, que beaucoup pourraient qualifier d’irrationnel.

Inconditionnel du moteur 2 temps qui a aujourd’hui quasiment disparu de la production motocycliste au profit du 4 temps, David Schopfer tient cette addiction aux effluves de mélange depuis sa jeunesse. Dès ses 14 ans, il éprouve ses premières sensations de liberté au guidon de sa mob avant d’user ses bottes en cross avec une Honda 85CR et une Yam 125 YZ. « J’ai depuis toujours été étonné de voir que l’on pouvait sortir autant de chevaux avec un petit moteur. C’est de là qu’est née ma passion pour le 2 temps » se rappelle David. Mais pourquoi avoir jeté son dévolu sur une Yamaha 250 TDR ? « Quand j’allais au lycée avec mon cyclomoteur, chaque jour un gars me doublait au guidon de sa 250 TDR. Cette moto me fascinait et je m’étais juré qu’un jour, j’en possèderais une. On m’a beaucoup découragé mais à 40 ans et travaillant désormais chez Yamaha à Perpignan, je me suis finalement décidé à en acheter une » explique notre magasinier. Une, voire plutôt deux. En effet, David a acheté deux motos et un stock de pièces à un pilote qui faisait de la course de côte. Il a fait totalement confiance à son copain Alain Vernet, collectionneur et mécano hors-pair, pour aller chercher le précieux matériel du côté de Moissac. Depuis 2013, David a passé quatre ans à remonter sa 250 TDR comme il nous l’explique. « J’ai voulu faire une version SP comme il existait au japon. Je l’ai améliorée en piochant dans la banque de pièces Yamaha. J’ai réussi à dégoter un bras de suspension arrière en alu pour remplacer celui en acier d’origine, plus lourd et moins rigide. Un contact m’en a ramené un du Japon. Ca m’a coûté un bras ». C’est le cas de le dire !

Née de la volonté de Jean-Claude Olivier, l’ancien boss de Sonauto Yamaha, cette 250 TDR est semble-t-il la première moto Supermotard de route avec son cadre de trail et son moteur issue d’une routière. La partie cycle très maniable est comparable à une 125 survitaminée avec le bi-cylindre 250cc 2 temps de 44 cv à 10 000 tr/mn, dont le caractère on-off ne laisse pas indifférent. On aime ou on déteste. David ne tarit pas d’éloges au sujet de sa « friteuse » : « J’ai eu des grosses cylindrées mais jamais aucune bécane ne m’a donné la banane come la 250 TDR. L’odeur du 2 temps, les vibrations, le moteur creux en bas et qui arrache à partir de 6500tr/mn quand la valve à l’échappement s’ouvre. A ce moment-là, tu as l’impression d’avoir les bras qui s’allongent. Ca marchait autant qu’un 600 sport 4 temps de l’époque. Rien d’autre ne peut procurer ce plaisir ! »


Le moteur bicylindre 2 temps de 44 cv oblige à jouer de l’embrayage pour ne pas descendre en-dessous des 6000 tr/mn, régime à partir duquel il se déchaîne. David a travaillé sur les cylindres et la carburation pour optimiser le potentiel d’un bouilleur déjà affuté d’origine.

Rouler encore en 2 temps, c’est être un peu anticonformiste et cela relève de la provocation. David Schopfer l’assume parfaitement car le potentiel de sa moto le lui permet. « Four strokes are for grandmother » est inscrit sur sa plaque arrière, en résumé le 2 temps c’est une moto d’homme.

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 5 du véhicule Une moto une histoire, Yamaha 250 TDR 1989 Photo 2 / 5 du véhicule Une moto une histoire, Yamaha 250 TDR 1989 Photo 3 / 5 du véhicule Une moto une histoire, Yamaha 250 TDR 1989 Photo 4 / 5 du véhicule Une moto une histoire, Yamaha 250 TDR 1989 Photo 5 / 5 du véhicule Une moto une histoire, Yamaha 250 TDR 1989
  • 4 ans ont été nécessaires pour arriver à ce superbe résultat.
    4 ans ont été nécessaires pour arriver à ce superbe résultat.
  • Avec un étrier 4 pistons et un disque de 320 mm, le 250 TDR freine fort.
    Avec un étrier 4 pistons et un disque de 320 mm, le 250 TDR freine fort.
  • "le 2 temps c’est une moto d’homme."
    "le 2 temps c’est une moto d’homme."
  • moteur bicylindre 2 temps de 44 cv
    moteur bicylindre 2 temps de 44 cv
  • « Four strokes are for grandmother »
    « Four strokes are for grandmother »
Publié le par Copilot.fr
Une moto une histoire, Yamaha 250 TDR 1989
×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer