recherche en cours

Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes

Après les abandons de Sastre dès les premiers kilomètres et de Génesca, éphémère leader, le pilote de Vinça, Christian Roig, qui roulait à domicile, a repris le flambeau de la délégation roussillonnaise sans pouvoir toutefois inquiéter l’héraultais Cardenas (306 Maxi), vainqueur de l’épreuve.

Pleins phares sur ... 

Benjamin Cardenas – Florent Dantoni (306 F2000) : 1e 
Celui-ci termine une saison exceptionnelle en beauté en remportant la 34e édition du rallye du Fenouillèdes. Leader incontestable de l’épreuve au cours de la deuxième journée de course, tous les efforts du pilote de Bédarieux ont failli être anéantis dans la dernière spéciale, comme il nous l’explique : « On a eu une très grosse chaleur. Dans un virage en 5e négocié à environ 150 km/h, lorsque j’ai voulu tourner le volant les cannelures qui relient le moyeu à la colonne de direction ont sauté… Je ne sais pas comment j’ai fait pour éviter la sortie de route. Il a vraiment fallu que je prenne sur moi pour rallier l’arrivée ».

Arnaud Génesca – Adrien Carrere (Impreza STI) : 2e
Dauphin de Cardenas, Arnaud Génesca a certainement réalisé la performance du rallye. Le pilote narbonnais n’a pas mis longtemps pour prendre la mesure de sa nouvelle Subaru Impreza R4. Après un coup d’essai prometteur au rallye du Cabardès, il a réalisé un coup de maître au Fenouillèdes en montant sur la 2e marche du podium au terme d’une lutte particulièrement serrée à coup de secondes avec le local Roig (Mitsubishi Lancer). Sa maîtrise mais aussi son sens du spectacle ont impressionné les spectateurs et les spécialistes de la discipline. « J’ai roulé à 80 % car il ne fallait pas prendre le risque de sortir la voiture. On ne s’est pas fait de frayeur. Le dimanche, j’ai commencé à mieux comprendre le mode d’emploi de la Subaru en étant moins sur le train avant et en n’hésitant pas à jeter la voiture pour un pilotage plus efficace. J’avais décidé de ne pas m’énerver au volant mais quand j’ai vu que j’étais à moins de deux secondes de Roig, j’ai dit on attaque » explique Arnaud. Et ça a payé.

Christian Roig sur le podium
Derrière Cardenas intouchable, le pilote de Vinça qui a préféré rouler avec la Mitsubishi plutôt qu’avec la Ford Escort, sa nouvelle acquisition, a mené une sacrée lutte avec Arnaud Génesca pour le gain de la 2e marche du podium, tout au long du dimanche. Les deux hommes étant souvent séparés par seulement deux ou 3 secondes, chacun prenant l’avantage à tour de rôle au fil des spéciales chronométrées. « On n’avait plus de pneus, il valait mieux lâcher », concédait un Christian Roig déçu par cette issue.

Sébastien Pruja – Mathieu Favreau (Clio) : 13e - 3e R3
Toujours le même mode d’emploi pour le garagiste de Prades : pédale d’accélérateur soudée jusqu’au rupteur, rétrogradages violents, pilotage “banzaï”. Ca passe ou ça casse et en général, ça se passe bien avec à la clé une place d’honneur à l’arrivée de ce 34e rallye du Fenouillèdes. Qui a dit qu’une Renault ce n’est pas solide ?

Jonathan Dessens – Samuel Teissier : 10e – 2e R3
Le garagiste d’Ille-sur-Têt, copiloté par son ami le président de la ligue LanguedocRoussillon de sport automobile, est connu pour être un fin pilote. Mais lorsque que l’on tente de tendre les trajectoires au maximum, la crevaison vous guette. Le sort a frappé deux fois et à cours de pneus le dimanche, il rétrograde de la 7e à la 10e place au scratch. La victoire en R3 n’était pourtant pas loin à seulement 1 seconde et 3 dixièmes d’Anthérieu.

Luc Jacques – Bryan Rodriguez (106) : 21e – 1er F2000/13
« Il était difficile de faire mieux » confiait à l’arrivée Bryan, le copilote qui n’hésite pas à montrer sa joie à bord de la 106 de Milet sport lancée à toute vitesse en saluant les photographes avant d’ajouter : « Tout le samedi après-midi, nous avons eu des coupures moteur à chaud. Descouens, notre principal rival était devant nous pour la victoire de classe de cylindrée 1600cc du groupe F2000. Le dimanche, nous avons mis deux pneus neufs et attaqué à fond malgré un problème de notes. La 106 volait dans la dernière spéciale ». Pour preuve, Christian Bruzi, un observateur que l’on peut qualifier d’avisé, saluait l’attaque de Luc Jacques au volant de la 106. On retrouvera cet équipage la saison prochaine dans la Saxo kit car jaune de Milet Location dont Luc s’est porté acquéreur à l’arrivée du rallye.

Yoan Garin - Jordan Serra (Fiat Punto) : 26e
Le jeune mécanicien du Boulou a fait preuve une fois de plus d’une belle attaque au volant d’une Punto, qui a viré à l’orange suite à la sortie de route du Vallespir. 21e le samedi soir, il a concédé quelques places le dimanche.

Hervé Saquer – Nicolas Ruiz (Clio R3) : 24e
Avec sa grande carcasse qui n’a rien à envier aux pilotes nordiques, le garagiste perpignanais ne serait pas ridicule au volant d’une Saab dont il représente la marque. Mais compte tenu des conditions météorologiques très clémentes de notre département, comme ce fut le cas tout au long de ce rallye du Fenouillèdes, il préfère assouvir sa passion à bord d’une Clio qu’il maîtrise de mieux en mieux, parfaitement secondé par Nicolas Ruiz.

Vincent Legrand – Thomas Gueroult (206) : 29e
Dernier rallye au volant de la 205 aux couleurs sang et or pour l’agent Renault de Perpignan et d’Ille-sur-Têt. Son prochain bolide sera-t-il enfin frappé du losange ?

Alain Cribeillet – Sophie Cribeillet (Subaru) : 34e
En cette saison automnale, pas un étourneau à l’horizon dans les vignes du Fenouillèdes. La Subaru pétaradante d’Alain Cribeillet était passée par là. Le moniteur d’auto-école illois prend-il du plaisir au volant de sa japonaise ? Certains spectateurs sont nostalgiques de son Opel Manta.

Serge Sastre – Agnès Sallecroix (Porsche 997 Gt+) : Abandon
Un cliché à ne pas manquer lors des vérifications techniques samedi matin et que nous sommes fiers d’être certainement les seuls à posséder. Celui qui réunit trois anciens vainqueurs du rallye du Fenouillèdes et pas n’importe lesquels : Christian Bruzi, Serge Sastre et Jean François Bérenguer. La conversation allait bon train au sujet de la nouvelle Porsche de Serge Sastre. Un moment rare de confidences et de bonne humeur entre trois as du volant qui se respectent. Un Serge Sastre attendu par de nombreux spectateurs qui ne le verront jamais passer. Au bout de 4 km de course dans la montée qui mène à Tarérach et au Col des Auzines, il effectuait une sortie de route particulièrement spectaculaire et largement diffusée sur internet. Heureusement plus de peur que de mal. « C’était au bout d’une longue ligne droite à l’entrée d’un virage à gauche où j’avais noté gros frein. On est sorti tout droit dans les arbres avant que la voiture ne se couche sur le côté » précise Agnès Sallecroix, la copilote. Puis c’est au tour de Serge Sastre, fin technicien, de tenter d’analyser cette sortie de route : « C’est peut-être un problème de suspensions avant. J’aurais du assouplir. J’avais déjà remarqué que la voiture était trop dure sur l’avant. Sur les virages précédents, j’avais eu des amorces de blocages. J’arrivais aussi un peu trop vite. C’est la conjonction de plusieurs éléments. En vieillissant, j’aurais dû partir plus lentement. Je me sentais bien dans la voiture. Elle était très bien en latéral, c’est le vertical qui fait défaut. Elle est grisante cette voiture et je n’ai pas géré le grip. Il faut savoir tirer les bons enseignements de cette sortie de route. Ca me rappelle la sortie de Vatanen en Corse avec la 205 Turbo 16. Mais lui, il s’était bien fait mal. Heureusement pour nous, nous n’avons rien et la caisse n’est pas tordue. Ce sont les trains roulants en alu qui ont fait fusible ».

François Benet – Laurent Borras (206) : 39e
Au terme d’un rallye prudent, le mécanicien du Soler a rejoint l’arrivée à Ille-sur-Têt en 39e position. Une certaine performance si l’on tient compte qu’il y avait plus de 120 équipages au départ et qu’il était facile de partir à la faute dans chacune des 12 épreuves spéciales dont certaines jonchées de graviers. Car si les pistards arrondissent les trajectoires, les rallymen amateurs se plaisent à plonger dans les cordes. A méditer…

Cédric Noell – Maxime Escudier (Clio) : Abandon 9e spéciale
« Le tuyau de direction assisté a cassé. Impossible de réparer et de continuer comme ça » explique le pilote de Sorède avant d’ajouter : « J’étais 26e avant d’abandonner. C’était pas terrible. Dans la première spéciale j’ai touché, puis mon cops a oublié son casque à l’assistance, ce qui nous a valu 30 secondes de pénalités. La voiture fonctionnait bien mais je n’étais pas dans le rythme. Ca roulait vite. Je n’avais pas assez de roulage. Il faut faire plus de rallyes pour être dans le coup ».

Richard Génesca – Fabrice Nambruide (Toyota Célica) : Abandon
Leader à l’issue des 3 premières spéciales du samedi après-midi, le carrossier perpignanais a été contraint à l’abandon suite à un problème de fuite sur le réservoir de carburant de sa Toyota. Mais un Génesca peut en cacher un autre et son fils Arnaud sauve l’honneur de la famille, en s’adjugeant la 2e place de l’épreuve au terme d’une course époustouflante. Malheureusement pour les couleurs roussillonnaises, ce dernier installé à Narbonne depuis le début d’année est passé dans le camp des “gavatx”.

Jean Christophe Carreras – Pierre Yves Renaud (Porsche 911) : Vainqueur en VHC
L’expert automobile roussillonnais est un animateur assidu des épreuves historiques de vitesse. Après la sortie de route du très expérimenté Gilles Brignol le samedi soir, il a mené à la victoire sa belle Porsche 911 dont on ne se lasse jamais d’entendre le son si caractéristique de son Flat 6 refroidi par air.

Yves MENDEGRIS – Pierre GAUBERT (Berlinette) : 2ème en VHC
Yves Mendegris, le concessionnaire Renault carcassonnais s’est signalé au volant de sa magnifique berlinette Alpine orange en montant sur la 2e marche du podium.

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 2 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 3 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 4 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 5 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 6 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 7 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 8 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 9 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 10 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 11 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 12 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 13 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes Photo 14 / 14 du véhicule Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes
  • Christian Roig – Julie Petitfils-Gadaut (Mitsubishi Lancer) : 3e
    Christian Roig – Julie Petitfils-Gadaut (Mitsubishi Lancer) : 3e
  • Christian Bruzi, Serge Sastre et Jean-François Bérenguer.
    Christian Bruzi, Serge Sastre et Jean-François Bérenguer.
Publié le par Copilot.fr
Retour sur le 34ème Rallye du Fenouillèdes
×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer