recherche en cours

Portrait de Loriane Forgues

Que ce soit Michèle Mouton, Christine Driano, Cathy Muller ou bien Anne Baverey,  les femmes qui ont laissé un nom dans le sport automobile français ne sont pas légion. Loriane Forgues sera t-elle capable de s’inscrire dans leur trajectoire ?  A tout juste 23 ans, la jeune pilote audoise a montré de bonnes prédispositions et a tout l’avenir devant elle pour foncer vers les podiums.  

Venue de la planète rallye, elle apparaît telle une sylphide avec son sourire enjôleur, presque fragile dans son habit de lumière. Une charmante fragilité qui séduit puis qui interpelle, dès qu’elle se glisse derrière le volant de son bolide.
Ah ! C’est donc elle la pilote ?
Pas le temps de s’interroger qu’elle engage d’une surprenante main ferme dans le « klonk » caractéristique d’une boîte à crabot, le premier rapport avant de disparaître en trombe.
Rêve évanoui ?
En tout cas, il faut presque se pincer sur le bord des spéciales lorsqu’elle déboule à toute vitesse soutenant sans problème la comparaison avec ses homologues masculins.
Mais c’est bien elle au volant ?
Pas le temps d’apercevoir de signe distinctif, de rouge à lèvre sous le casque. Les montées en régimes sont franches et rageuses, les trajectoires précises comme un trait de crayon. Et il n’y a qu’à regarder les feuilles de chronos à l’arrivée du rallye pour confirmer qu’elle est une pilote talentueuse. 

Elle, c’est Loriane Forgues, jeune audoise de 23 ans résidant à Peyriac-de-Mer et passionnée de sports mécaniques depuis sa tendre enfance. « J’ai toujours vu mon père faire du quad et de la moto. Il s’occupait aussi des voitures de course des copains. A 5 ans, j’enfourchais ma première moto… » explique Loriane.  La passion n’a cessé de croître au fil des années. En 2009, dès ses 16 ans révolus, elle s’installe dans le baquet de droite d’une voiture de rallye mais elle n’a déjà qu’une idée en tête : piloter. Elle accumule sagement de l’expérience avant de prendre le volant d’une Peugeot 106 construite par Papa et Maman car Guy et Marie-Hélène suivent pied au plancher leur fille dans sa passion. « Jérôme Tondut a été le premier courageux à monter à mes côtés. Il a eu du mérite et nous avons été récompensés en participant à la finale de la Coupe de France des rallyes. Je finis 2ème sur 10 filles » nous raconte Loriane avec enthousiasme.  Elle va rapidement montrer au gré de ses nombreux départs (28  comme copilote et 33 comme pilote à ce jour) qu’elle vaut bien mieux qu’un anecdotique classement féminin. Après quelques années au volant de la 106, Fabien Bouchard lui prête sa Clio en guise de cadeau d’anniversaire à l’occasion du Fenouillèdes 2014... Et l’essayer, c’est l’adopter. Loriane décide donc de rouler en Clio groupe A en 2015. « Tout le monde me disait qu’il fallait que je change de voiture, mais comme je suis une fille, j’étais très attachée à ma petite 106 ». Cette Clio plus performante va lui permettre de grimper un peu plus haut dans les classements et qui sait, d’atteindre peut-être un jour le podium. Les joies du podium auxquelles elle a déjà goûté mais en tant que copilote d’Ayrton Lechartier en 2013. « Le podium, le champagne, quelle joie ! Mais ça aurait été mieux si j’avais été au volant » s’exclame Loriane. 

Ses bons résultats et son implication lui ont permis de conserver ses sponsors mais la jeune audoise profite de la trêve hivernale pour essayer de séduire de nouveaux partenaires. Si elle ne manquerait pour rien au monde le rallye du Cabardes et le rallye Cathare organisés par son club de l’ASA Corbières, Loriane souhaite également relever de nouveaux challenges en participant à deux épreuves du championnat de France 2016.
Dorian Hirat

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 4 du véhicule Portrait de Loriane Forgues Photo 2 / 4 du véhicule Portrait de Loriane Forgues Photo 3 / 4 du véhicule Portrait de Loriane Forgues Photo 4 / 4 du véhicule Portrait de Loriane Forgues
Publié le par Copilot.fr
Portrait de Loriane Forgues
Plus d’infos

Ils nous parlent de Loriane

Cédric Coste, pilote régional talentueux : 
« Ca faisait 5 ou 6 ans que je n’avais pas copiloté mais comme je considère Loriane un peu comme ma petite sœur, j’ai pris mon courage à deux mains et je suis monté dans le baquet de droite. Quand j’ai réalisé que c’est vraiment elle qui était derrière le volant avec ses 45 kg tout mouillé, ça m’a fait drôle. On s’est élancé dans la spéciale et je lui donnais des conseils à chaque virage. On commençait à adopter un bon rythme quand soudain, on s’est mis une glisse terrible… et Loriane a contrebraqué tout naturellement puis on a poursuivi notre route. Là je me suis dit, elle pilote ! Dès cet instant, j’ai essayé de lui donner tout ce que je peux. Elle a les bons réflexes, elle ne se traîne pas. D’ailleurs, au dernier rallye du Cabardes, y a pas mal de mecs qui ont pleuré dans sa classe de cylindrée ! Si je peux encore lui donner un conseil pour l’aider à progresser : qu’elle sorte des petits rallyes de la ligue qu’elle finit par connaître par cœur et qu’elle aille faire de grandes épreuves ! ». 

Chloé Tomas, copilote de Loriane lors du rallye du Cabardes 2015 :
« Loriane est une très bonne copine. J’ai l’habitude de copiloter mon père ou mon copain et c’était une première pour moi, à côté d’une fille. Je la connaîs très calme, posée, discrète. Les reconnaissances se sont bien passées. Au départ, j’étais un peu angoissée malgré une confiance totale en Loriane. Après 100 m, je me suis demandée dans quoi je m’étais lancée. Loriane m’a clairement impressionnée. Elle fait preuve d’une sacrée poigne au volant. D’ailleurs, nous avons réalisé le meilleur temps de la première spéciale devant les garçons. J’avais peur de la décevoir car elle est exigeante. Ca a été une aventure géniale. J’ai beaucoup appris à son contact et j’espère pouvoir remettre ça ». 

×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer