recherche en cours

Portrait de Boris Carminati

Tous les observateurs avertis désignent le pilote héraultais, licencié à l’ASA Corbières, comme l’un des plus doués de sa génération. Après avoir tenté sa chance dans les formules de promotion, à 34 ans il roule désormais pour le plaisir mais rêve toujours de réaliser de grands exploits au Critérium des Cévennes, épreuve phare de notre région.    

« Aux Cévennes 2012, on fait 4ème au scratch et on gagne le Trophée Michelin (classement amateur) devant des références comme Rouillard ou Mauffrey. C’est un résultat vraiment significatif même si dans les Cévennes on est chez nous et qu’on est porté par une ambiance incroyable » raconte presque timidement Boris Carminati. Précisons que cette performance est réalisée au volant d’une Clio R3, une auto au potentiel que l’on peut qualifier de moyen. Ce qui fait de ce résultat sportif un véritable exploit ! Du rallye régional qu’il privilégie en raison bien souvent d’un budget très limité, aux épreuves du Championnat de France en passant par les coupes de marque très relevées, tous les exploits sont permis avec celui qui baigne dans l’ambiance des sports mécaniques depuis sa plus tendre enfance. « J’ai 34 ans et mon père en est à sa 33ème licence, j’ai été bercé là-dedans. Petit, je regardais beaucoup les cassettes vidéo de rallye. Je me souviens de celle sur Jean Ragnotti. J’ai dû la visionner une centaine de fois ».
Le jeune Boris s’essaie à la moto et dès 16 ans, il saute dans le baquet de droite de la voiture de rallye de son père André. Pendant 5 ans, père et fils écument les rallyes régionaux. Il débute sa carrière de pilote en 2002 au volant d’une Renault 5 GT turbo et l’année suivante, il se fait déjà remarquer sur les routes du Vallespir avec une 5ème place au scratch après avoir occupé un instant la troisième marche du podium. Pas de doute, Boris a un sacré coup de volant. Il se dirige alors vers des Coupes de marque, Clio Cup puis Suzuki Rally Cup,  des formules de promotion au niveau souvent très élevé, qui permettent de dénicher de nouveaux talents et les aider à atteindre le haut niveau.Le mécanicien de Roujan va confirmer les espoirs placés en lui en réalisant d’excellents résultats (voir palmarès) sans toutefois réussir à décrocher un titre synonyme d’accélérateur de carrière. Que lui a-t-il manqué ? Un peu de chance car le talent est indéniablement bien là. 

Désormais Boris Carminati ne rêve plus de devenir pilote professionnel comme il nous l’explique : « Je vais avoir 35 ans dans un mois et l’objectif est uniquement de me faire plaisir. Le rallye est un sport où il faut trop d’argent  et heureusement que je peux compter sur le soutien de Bernard Bathedou, le patron de VLR location qui m’aide beaucoup ». Boris est un talent bridé par le budget car comme il le confesse « Je n’ai jamais été très bon pour trouver des partenaires ». Effectivement la communication n’est pas son point fort et le talent à l’état pur n’est pas suffisant pour faire carrière au plus haut niveau.  

Depuis 2011, au gré des opportunités, il place régulièrement la Clio R3 de VLR location sur la plus haute marche du podium des rallyes régionaux du grand sud. « J’aime bien rouler à droite, à gauche. On ne connaît pas le terrain et pourtant il faut être à fond, mais ça ne me pose pas de problème. J’ai appris à le faire  quand je courrais en coupe de marque » explique Boris. 

Sa première épreuve 2016 est prévue au mois de mars en Corse, avec le rallye du Pays Ajaccien. Le Critérium des Cévennes sera une nouvelle fois le clou de la saison avec une ambition particulière cette fois-ci comme nous le dévoile Boris : « J’ai un rêve de gosse : être au départ des Cévennes avec une grosse auto ». Et si le rêve devenait réalité avec un talent comme Boris Carminati, il pourrait même se transformer en victoire ! 

Palmares

2015 :

2ème rallye du Médoc (Clio R3),
6ème rallye des Gueules noires (106s16).

2014 :

1er rallye régional du Cabardes (Clio maxi),
1er rallye régional Cathare (Fiat Punto S2000),
4ème rallye national du Pays de Gier (Clio R3).

2013 :

1er rallye régional du Brionnais,
1er rallye régional de la Gentiane,
2ème rallye régional du Cabardès,
2ème rallye régional des Camisards,
3ème rallye régional des Monts du lyonnais,
6ème rallye régional du Matour (tous sur Clio R3).

2012 :

1er rallye régional du Val Dadou,
1er rallye régional de la Gentiane,
2ème rallye régional du Printemps,
2ème rallye national du Vallon de Marcillac,
2ème rallye régional du Cantal,
3ème rallye régional du Thoré,
4ème Critérium des Cévennes en chpt de France
(1er amateur) (tous sur Clio R3).

2011 :

1er rallye régional du Val Dadou,
1er rallye régional du Cantal,
2ème rallye régional de Printemps (tous sur Clio R3),
1er Suzuki Rally Cup au rallye du Rouergue (Chpt de France).

2010 :

4ème rallye régional des Vins du Gard (Clio R3). 

2009 :

4ème rallye régional de Printemps (Clio R3). 

2008 :

2ème de la Suzuki Rally Cup (1 victoires).

2007 :

2ème de la Suzuki Rally Cup (2 victoires).

2006 :

3ème de la Renault Clio Cup (1 victoire).

2005 :

4ème de la Renault Clio Cup (1 victoire).

2004 :

6ème rallye national de l’Espinouse (Clio).

2003 :

5ème rallye national du Vallespir (R5 Gt turbo)

2002 :

Débuts en rallye



Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 6 du véhicule Portrait de Boris Carminati Photo 2 / 6 du véhicule Portrait de Boris Carminati Photo 3 / 6 du véhicule Portrait de Boris Carminati Photo 4 / 6 du véhicule Portrait de Boris Carminati Photo 5 / 6 du véhicule Portrait de Boris Carminati Photo 6 / 6 du véhicule Portrait de Boris Carminati
Publié le par Copilot.fr
Portrait de Boris Carminati
Plus d’infos

Ils nous parlent de Boris

Samuel Teissier, copilote et président de la Ligue Languedoc-Roussillon :

« Je ne suis pas près d’oublier ma participation à ses côtés à l’occasion du rallye des Gueules noires. Je n’ai jamais eu aussi peur lors d’une course. J’ai bien cru que j’allais mourir. Nous sommes arrivés dans un virage en
6 et avons atterri 300 m plus loin dans un champ après une série de 11 tonneaux ! Je crois que nous devions avoir une crevaison lente. Sinon à part ça, je pense que c’est certainement le meilleur de sa génération ». 


Jérome Redon, copilote de Boris depuis 2011 :

« Que ce soit au volant d’une petite ou d’une grosse auto, avec Boris ça roule toujours très vite. Il a un sacré coup de volant, efficace et spectaculaire. Dommage qu’il soit passé à côté lors des coupes de marque… souvent par manque de budget… »  

 

×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer