recherche en cours

PORTRAIT : Alain Hamza

D’un baquet à l’autre avec talent.

Alain Hamza dit « Pipelette », est un personnage incontournable des rallyes de notre région et ce, à double titre. Durant deux décennies, aux côtés des pilotes les plus rapides, il s’est bâti une solide réputation de copilote talentueux. Passé d’un baquet à l’autre, l’Héraultais a montré en seulement quelques rallyes qu’il roule sur les traces de ses glorieux pilotes. 

Second au rallye du Printemps, troisième tout dernièrement au rallye du Cabardes, Alain Hamza apparaît cette année comme un véritable prétendant à la victoire. A 42 ans, le pilote de Clermont l’Hérault est devenu en très peu de temps, l’un des pilotes les plus rapides de la région Languedoc Roussillon au volant de sa rutilante Clio maxi du groupe F2000/14. Comment a t-il fait pour se hisser à ce niveau de pilotage en seulement une dizaine de rallyes ? Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est doué. Il peut aussi compter sur 25 saisons d’expérience et près de 200 rallyes en tant que… copilote aux côtés de sacrées références que sont les Vincent, Coste, Balihaut, Carminati, Raynal ou bien Abadie. « J’avais à peine 4 ans lorsque mon beau-père m’a emmené voir mon premier rallye. Puis j’ai débuté en 1991, à domicile, au rallye du Printemps. Ensuite, j’ai fait une saison avec Jean-Jacques Auriol de Lézignan-Corbières… » se souvient Alain. Au fil des expériences, il va se faire un nom dans le milieu et devenir incontournable dans le baquet de droite.
A quoi peut-il attribuer cette réussite ? « Dès le début je comprenais très bien les notes. Je me souviens de Boris Carminati qui avait des notes imprécises et qui sortait souvent de la route. Je lui ai appris à noter et après ça allait mieux. On faisait la coupe Clio. Sa mère m’appelait le banquier car avec moi il ne sortait plus et ramenait régulièrement des primes d’arrivée » explique Alain avant d’ajouter « la coupe Clio, c’était une sacrée aventure. En 2004 avec Raynal on perd le volant Renault dans la dernière spéciale du Var ! ».  Au fil des épreuves, des victoires, des émotions, il tisse des liens très forts avec ses pilotes. « Robert Abadie c’est comme un frère et Alain Coste comme un père » précise Alain. 
Il y en a un autre aussi qui a contribué à sa fameuse réputation de copilote mais pas seulement par leur victoire lors du Cabardes 2013 par exemple. C’est le narbonnais David Balihaut. Ce dernier aime bien donner des surnoms. Et comme Alain Hamza est du genre plutôt bavard, normal vous me direz pour un copilote, David l’a affublé du sobriquet de « Pipelette » que tout le monde connait maintenant dans le milieu automobile. 

Si Alain a changé de baquet avec bonheur et réussite, et se dit moins stressé au volant,  il serait prêt à reprendre le carnet de notes si l’occasion se présentait : « J’attends que Robert Abadie ait une WRC et je serai là pour le copiloter ». Fort de ses deux expériences, cela lui permet de nous livrer son analyse sur le rôle de chacun dans la voiture. « Copiloter quand tu sens que tu sers à quelque chose, c’est vraiment plaisant. Tu pousses ton pilote à aller encore plus vite, c’est grisant.  Aujourd’hui, je me rends quand même compte que quand tu es pilote, c’est parfois dur d’accélérer encore plus fort ». 

Prochaine course pour Alain Hamza le rallye national du Fenouillèdes (21-22 Novembre), une épreuve qu’il apprécie particulièrement. Et si la victoire était au bout ? Le jour où ce sera le cas, et il n’est certainement pas loin, Alain Hamza entrera dans l’histoire des rallyes automobile car gagner comme copilote puis comme pilote, est un fait assez exceptionnel.  

 

Alain et ses anciens pilotes

« Mes anciens pilotes m’ont aidé à monter la voiture  »

en 2008. Ca m’a pris du temps mais j’ai reçu le soutien de beaucoup de monde. Mes anciens pilotes ont répondu spontanément présent. Le préparateur Jo Barroso m’a bien aidé, Robert Abadie aussi, Alain Coste… 
Un jour David Balihaut vient voir la voiture en construction. Il me dit : Il faut un arceau de sécurité dans cette voiture. Et puis il s’en va. Quelques jours plus tard, je recevais un arceau de chez Matter offert par David ! »

Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 2 du véhicule PORTRAIT : Alain Hamza Photo 2 / 2 du véhicule PORTRAIT : Alain Hamza
Publié le par Copilot.fr
PORTRAIT : Alain Hamza
Plus d’infos

Ce qu’il a retenu de ses principaux pilotes :

Thierry Vincent.
  «Il m’a appris à ne jamais baisser les bras ».

Boris Carminati.
  « Le sens de la glisse même si ce n’est pas mon truc »

Alain Coste.
  « L’improvisation ».

Robert Abadie.
  « La hargne… mais il sait tout faire… ».

David Balihaut.
  « Quand il était jeune, c’était un fou. Il jetait la caisse et il fallait que ça passe ! ». 

 

×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer