recherche en cours

PANHARD 24B 1965

Dernier modèle du constructeur français aujourd’hui disparu, la Panhard 24 est au cœur de la passion automobile de Sébastien Goze.

Société automobile souvent méconnue, Panhard Levassor est pourtant la doyenne des marques françaises. Créée en 1890, elle utilisait à ses débuts des moteurs Daimler avant de fabriquer ses propres groupes moto propulseurs largement inspirés de la production aérienne. « Avant guerre, Panhard Levassor fabriquait des voitures de luxe et était le concurrent de Talbot, Delage, Delahaye » précise Sébastien Goze. Rachetée par Citroën en 1965, Panhard a glané de prestigieux lauriers aux 24 heures du Mans avant de disparaître. Et Sébastien Goze, l’heureux propriétaire d’une Panhard 24B (24 en référence aux participations de la marque aux 24 heures du Mans) de 1965, a rajouté une ligne à l’image sportive de la marque en remportant la course historique de La Nuit des longs Capots en 1998. Son père, Robert Goze, collectionneur de véhicules, a acheté cette Panhard 24B par hasard  à Corneilla del Vercol en 1988.
Mais il a rapidement été séduit par les qualités de cette voiture, comme nous l’explique son fils Sébastien : « Ce n’est pas une voiture vers laquelle va se tourner un novice pour se lancer dans la collection. Mon père les a connues lorsqu’elles étaient commercialisées neuves.  Achetée par hasard, cette voiture l’a emballé dès les premiers tours de roue et moi aussi. C’était le début de l’histoire Panhard, car depuis, j’ai eu presque toute la série des voitures produites par ce constructeur ».

Technicien dans l’armée, Sébastien s’est formé à la mécanique particulière de cette voiture sur laquelle il s’occupe lui-même de toutes les interventions. Membre du Dynamic Club Panhard, il nous livre un avis très pertinent sur les qualités techniques de sa 24B qu’il a pu éprouver à maintes reprises lors de ses participations à la célèbre Nuit des Longs Capots : « La tenue de route est fabuleuse grâce à un châssis très particulier. La  suspension avant est constituée de  roues indépendantes, deux ressorts à lames transversaux superposés et d’amortisseurs télescopiques.Pour l’arrière, ce sont des roues
indépendantes à barres de torsion et amortisseurs télescopiques. La voiture vire à plat. Son petit moteur deux cylindres à plat de 850cc dérivé de l’aviation, a une consommation ridicule. Il possède un système ingénieux avec ses cylindres borgnes, sans culasse. C’est une voiture à part aux qualités techniques très avancées pour l’époque. Le freinage à tambours ailetés pour le refroidissement qui constitue la partie centrale de la roue, est très efficace
».

En parlant de faible consommation, Sébastien avait terminé deuxième de l’épreuve du « Bidon de 5 litres » organisée à Saint-Laurent-de-la-Salanque à la fin des années 90. Seule une 2CV avait parcouru plus de distance que sa Panhard 24B. Une voiture à la petite cylindrée mais qui possède une grande place dans le coeur de notre collectionneur. « Parmi les autos anciennes que je possède, la Panhard 24B est celle qui a la plus faible côte et pourtant c’est celle avec laquelle j’ai les meilleurs souvenirs, autant avec mon père qu’avec mon meilleur ami et copilote Jérome. Je ne m’en séparerai sûrement jamais » déclare Sébastien Goze. Une nouvelle preuve comme quoi l’automobile est une source inépuisable de passion et d’émotion.

 

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 5 du véhicule PANHARD 24B 1965 Photo 2 / 5 du véhicule PANHARD 24B 1965 Photo 3 / 5 du véhicule PANHARD 24B 1965 Photo 4 / 5 du véhicule PANHARD 24B 1965 Photo 5 / 5 du véhicule PANHARD 24B 1965
  • Sébastien Goze - PANHARD 24B 1965
    Sébastien Goze - PANHARD 24B 1965
  • La silhouette basse et élancée est une réussite pour l’époque. Citroën s’inspirera de  cette voiture pour concevoir la GS
    La silhouette basse et élancée est une réussite pour l’époque. Citroën s’inspirera de cette voiture pour concevoir la GS
  • PANHARD 24B 1965
    PANHARD 24B 1965
  • Sébastien Goze a modifié la planche de bord en installant le compteur de vitesse à droite. Cela permet au copilote d’être plus performant dans les épreuves de régularité.
    Sébastien Goze a modifié la planche de bord en installant le compteur de vitesse à droite. Cela permet au copilote d’être plus performant dans les épreuves de régularité.
  • Sébastien a remplacé le bicylindre originel de 50 ch par un moteur Tigre équipant les dernières versions de Panhard 24 et développant 10 ch de plus grâce à un arbre à came, carburateur double corps et échappement spécifique
    Sébastien a remplacé le bicylindre originel de 50 ch par un moteur Tigre équipant les dernières versions de Panhard 24 et développant 10 ch de plus grâce à un arbre à came, carburateur double corps et échappement spécifique
Publié le par Copilot.fr
PANHARD 24B 1965
×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer