recherche en cours

" C'est une fierté pour moi de rentrer dans le TOP 10, mais aussi pour les élèves du Lycée Pablo Picasso "

Dans la trajectoire de Quentin Negre, Julien Gonzalez a lui aussi attaqué très fort au volant de sa vénérable lionne, conçue il y a plus de 30 ans. Un nouveau top 10 à l’image d’une saison extraordinaire qui récompense justement le pilote d’Alenya pour son implication à mettre au point sa voiture et à faire partager sa passion à ses élèves du Lycée Pablo Picasso.

Dorian Hirat : Quels sentiments avez-vous éprouvés en terminant 8e du récent rallye du Fenouillèdes ?
Julien Gonzalez : Content, sachant que c’est seulement la troisième fois que je rallie l’arrivée de cette course que j’affectionne particulièrement depuis 2004. Il y a aussi une satisfaction supplémentaire car pour la 3e année du « Projet rallye » avec le Lycée Pablo Picasso où j’enseigne, les élèves ont eu la récompense de voir la voiture monter sur le podium d’arrivée à Ille-sur-Têt. Il y avait aussi de la fierté de rentrer dans les dix premiers. Certes il y a eu des abandons, mais ça fait partie de la course.

Dorian Hirat : Comment fait-on pour obtenir un si bon résultat avec une voiture de petite cylindrée ?
Julien Gonzalez : C’est une petite voiture mais qui a un bon équilibre et qui me convient bien. C’est aussi un travail d’équipe avec l’assistance et ma copilote Erine Sibieude, dont le père était mon prof de mécanique au lycée professionnel Charles Blanc. On a fait beaucoup de bons résultats tout au long de la saison (dans le top 10) dont une 5e place au rallye du Béarn et on s’est qualifié pour la finale de la Coupe de France des rallyes. On a fait une super saison ! C’est le fruit d’un investissement et d’un travail minutieux. On a fait 11 rallyes pour se qualifier. Le fait de rouler très régulièrement permet de se sentir plus à l’aise au volant.

Dorian Hirat : Est-ce que ça ne vous donne pas envie d’investir dans une voiture plus puissante et performante ? Si c’était le cas pensez-vous que vous seriez capable de remporter le rallye du Fenouillèdes ?
Julien Gonzalez : Oui bien sûr, j’aimerais beaucoup mais il faut savoir rester à sa place. Il faudrait que je gagne au Loto... Mais la 205 est une voiture mythique qui me plaît beaucoup ! Il faudrait peut-être une caisse plus récente… mais je ne vais pas tout sacrifier pour le rallye… Gagner le rallye du Fenouillèdes ? Je ne sais pas. Je n’aime pas me chauffer, avoir des prétentions. Ce n’est pas ma mentalité. Je préfère rester l’homme de l’ombre qui crée la surprise.

Dorian Hirat : Quels sont vos projets pour la saison prochaine ?
Julien Gonzalez : J’ai prévu de faire une petite évolution sur le train avant de la 205 et peut être que le projet d’une nouvelle finale avec le concours du Lycée Picasso est envisageable. A la vue des résultats de cette année tant au niveau sportif que scolaire, ce serait bien de pouvoir emmener les élèves jusqu’à la finale de Châteauroux cette fois-ci. Ce serait une belle évolution du « Projet rallye » et une formidable récompense pour les élèves.

Propos recueillis par Dorian Hirat
Photos Georges-Louis Billard

Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 2 du véhicule " C'est une fierté pour moi de rentrer dans le TOP 10, mais aussi pour les élèves du Lycée Pablo Picasso " Photo 2 / 2 du véhicule " C'est une fierté pour moi de rentrer dans le TOP 10, mais aussi pour les élèves du Lycée Pablo Picasso "
  • Peugeot 205 moteur 1600 cc 16 s de 190 ch pour 910 kg
    Peugeot 205 moteur 1600 cc 16 s de 190 ch pour 910 kg
Publié le par Copilot.fr
" C'est une fierté pour moi de rentrer dans le TOP 10, mais aussi pour les élèves du Lycée Pablo Picasso "
×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer