recherche en cours

Interview Vasco DE JESUS

Le Cérétan Vasco De Jésus a mis son art au service du sport automobile roussillonnais dans les années 90. Il a décidé de reprendre ses crayons et sa gomme pour nous faire partager de nouvelles caricatures automobiles.  

Dorian Hirat : Comment le dessin est-il arrivé dans votre vie ?

Vasco de Jésus : « Le dessin m’a toujours plus. Au début des années 90, j’ai été très inspiré par la bande dessinée du Joe Bar Team. A un moment, j’ai voulu faire des études pour devenir dessinateur de plans de maisons et puis j’ai bifurqué vers autre chose. Je me souviens que j’ai débuté par des dessins de sport automobile. J’étais en 6e et j’avais réalisé un dessin de la voiture d’Ayrton Senna car mon père était un grand admirateur du pilote brésilien et un passionné de la Formule 1. J’ai d’ailleurs une anecdote au sujet d’Ayrton Senna. Jusqu’à l’âge de 6 ans, j’ai vécu dans un mas isolé
au Portugal, loin de toute modernité. Notre voisine faisait le ménage dans la propriété que possédait Ayrton Senna dans l’Algarve. Un jour, il est venu manger chez elle et il s’est aperçu qu’elle n’avait pas le téléphone. Cela faisait pourtant plusieurs années que la demande avait été faite. Ayrton a passé un coup de fil et la semaine suivante la ligne de téléphone était installée…
».


D.H. : Si je comprends bien, avant le dessin, votre première passion c’est le sport automobile.

VDJ : « Au tout début, j’étais passionné de formule 1 et d’Ayrton Senna comme mon père. Ensuite, je me suis intéressé au rallye. J’habitais dans le Vallespir et mon copain David Roig m’avait emmené avec lui voir la première édition du rallye du Vallespir. Je me souviens que c’était Costeraste qui avait gagné avec la R5 turbo. J’avais également sympathisé avec Christian Roig, le neveu de David qui avait terminé second du rallyeavec la Peugeot 205 Gti en 1995. Pour faire plaisir à Christian, j’ai dessiné sa voiture. C’était mon premier dessin de rallye. Ensuite, j’ai fait des dessins de Bérenguer, Pueyo,…» 


D.H. : Vos dessins sont particuliers. Comment les qualifiez-vous ? 

VDJ : « Ce sont des caricatures humoristiques automobiles. J’essaie de donner un style bande dessinée, cartoon ». 


D.H. : Si je me souviens bien, à la fin des années 90 vous commenciez à avoir une petite notoriété, n’est-ce pas?

VDJ : « J’avais envoyé des dessins de Sastre et de Roig au magazine Echappement qui les avait publiés. J’ai également eu des articles dans le journal L’Indépendant. Des pilotes me contactaient pour me demander de réaliser des caricatures de leurs autos ». 

D.H. : Combien de dessins avez-vous réalisés ? 

VDJ : « J’en ai fait plus d’une centaine ».


D.H. : Parmi tous ces dessins, si vous deviez en retenir trois, quels seraient-ils ?

VDJ : « Mon premier dessin, celui de la 205 de Christian Roig en 95. Ensuite celui de la Saxo kit car de Jean-François Bérenguer. Un grand pilote dont le fameux sponsor 3615 Laetitia faisait sourire tous les spectateurs. Et puis le dessin de Gilles Panizzi quand il a été champion de France avec la Peugeot 306 Maxi. Je crois que c’était en 1997. La 306 me plaisait beaucoup de même que le pilote. Il m’a d’ailleurs signé ce dessin. Je m’en souviens comme si c’était hier. C’était un lundi et je devais aller aider mon beau-père. En passant devant le parking de Reynes, j’aperçois une 306 maxi. Je m’approche et qui je vois ? Gilles Panizzi accompagné de Christian Bruzi. Je suis retourné chez moi pour récupérer le dessin. Gilles Panizzi a été très gentil et il a bien voulu me le signer. Quoi de mieux que cette signature d’un grand pilote comme lui pour saluer mon travail. Le hasard fait bien les choses ». 

D.H. : Pourquoi avoir arrêté de dessiner pendant de si longues années ? 

VDJ :  « Mon travail a pris le dessus puis je me suis passionné pour l’informatique. J’ai alors vécu ma passion pour le sport automobile en m’occupant du site officiel du rallye du Vallespir pendant plusieurs années ».

 

D.H. : Puis l’envie de dessiner semble être revenue récemment ?

VDJ : « Oui l’envie est revenue avec Jacques Cédo qui organise la boucle du Vallespir. Il m’a parlé de mes anciens dessins qui étaient ressortis sur un site internet. Ca m’a fait plaisir que l’on se souvienne de mon travail.  Du coup, je lui ai proposé de réaliser des dessins des vainqueurs des catégories régularité et navigation de son épreuve et de les leur offrir »

 

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 6 du véhicule Interview Vasco DE JESUS Photo 2 / 6 du véhicule Interview Vasco DE JESUS Photo 3 / 6 du véhicule Interview Vasco DE JESUS Photo 4 / 6 du véhicule Interview Vasco DE JESUS Photo 5 / 6 du véhicule Interview Vasco DE JESUS Photo 6 / 6 du véhicule Interview Vasco DE JESUS
  • Toujours très attaché aux épreuves du Vallespir, Vasco signe son retour par ce dessin qui marque sa collaboration avec les organisateurs de la Boucle du Vallespir-Roussillon.
    Toujours très attaché aux épreuves du Vallespir, Vasco signe son retour par ce dessin qui marque sa collaboration avec les organisateurs de la Boucle du Vallespir-Roussillon.
Publié le par Copilot.fr
Interview Vasco DE JESUS
×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer