recherche en cours

Ford Sierra RS Cosworth 4x4 1991

Il y a 30 ans, en dotant sa Sierra de 4 roues motrices, Ford a permis à Nicolas Achterhoff de se prendre pour un pilote et de maîtriser plus facilement le fort caractère du moteur Cosworth 4 cylindres 16 soupapes turbo.
Ce passionné de rallye nous raconte l’histoire qui le lie à sa « youngtimer ».

Tous les passionnés de rallye se souviennent du fameux Monte Carlo 1991 avec François Delecour, le héros malheureux de cette édition passionnante, qui, en pleurs, clamait haut et fort au volant de sa Sierra Cosworth meurtrie et devant un parterre de supporters et de journalistes surexcités : « J’ai pas tapé, j’ai pas tapé !… ». « Freine tard » entrait dans la légende du rallye mondial, la Ford Sierra 4x4 aussi, tout comme sa devancière et non moins célèbre Sierra RS 2 portes et 2 roues motrices qui avait révélé Sainz et Auriol. Elle sera ensuite deux fois championne de France des rallyes en 1991 et 92 aux mains de l’expérimenté Bernard Béguin.

Cette paisible familiale, Ford a su la transformer en une véritable machine de rallye grâce au concours du très renommé motoriste de la Formule 1 Cosworth. Son moteur 4 cylindres de 2 litres de cylindrée développe 220 ch. Une sacrée puissance pour l’époque, qui associée à une transmission 4 roues motrices privilégiant le mode propulsion à 60 %, lui donne une grande efficacité et transmet de belles sensations au volant. La voiture de série est assez proche de celle de course (toutes proportions gardées) et on a vite fait de se prendre pour un pilote à son volant sur les routes sinueuses de l’arrière-pays roussillonnais.

Et cela tombe bien car l’heureux propriétaire de la version Trophy que nous vous présentons est Nicolas Achterhoff, un ancien pilote habitué des éditions des rallyes du Vallespir et du Fenouillèdes entre 2001 et 2008. Mécanicien de formation, Nicolas bichonne sa Sierra héritée de son père décédé en 2016. Ce dernier l’avait achetée à son docteur en 1999. « J’ai toujours baigné dans la passion du sport automobile. Mes oncles qui ont participé à l’ancien rallye du Roussillon habitaient en appartement et ils venaient bricoler leurs voitures dans notre jardin. Quand mon père a fait l’acquisition de cette Sierra Cosworth, on s’en servait pour aller voir les rallyes du Vallespir et du Fenouillèdes. J’avais le permis depuis seulement quelques années mais mon père n’hésitait pas à me confier le volant. A l’époque, 220 ch pour 1250 kg, ça faisait une belle puissance… » se souvient Nicolas. Puis d’ajouter : « C’est une voiture super agréable à conduire. Encore aujourd’hui, ça reste une voiture efficace. Et puis par rapport aux sportives actuelles qui ont un moteur très linéaire et un comportement aseptisé, la Sierra se démarque par son caractère affirmé. Le coup de pied au cul avec le turbo qui s’enclenche à partir de 3000 tr/mn et le moteur multisoupapes qui monte jusqu’à 7000, c’est quand même sympa ! »

Nicolas Achterhoff n’a pas choisi directement cette voiture mais le hasard a bien fait les choses car lorsqu’il était apprenti chez Ford, c’est notamment sur les Sierra et Escort Cosworth qu’il a appris à faire de la mécanique. Cela lui permet ainsi de pouvoir entretenir parfaitement sa voiture de collection, mais aussi de nous donner un avis éclairé sur ses qualités et ses défauts. « La mécanique est fiable mais c’est une voiture qui vieillit mal de l’intérieur. Le principal inconvénient aujourd’hui est de trouver des pièces de rechange en France. Il ne faut pas hésiter à voir directement en Angleterre où elle a été plus largement diffusée que dans notre pays », explique Nicolas.

Outre le souvenir de son père et de la passion commune pour l’automobile partagée au volant cette belle sportive, les balades en Sierra Cosworth ou bien la participation à des épreuves de régularité, demeurent aujourd’hui pour Nicolas un dérivatif à son passé de pilote de rallye. « Le rallye est devenu hors de prix alors on se tourne
vers autre chose
», conclut fort justement Nicolas..

Dorian Hirat

Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 6 du véhicule Ford Sierra RS Cosworth 4x4 1991 Photo 2 / 6 du véhicule Ford Sierra RS Cosworth 4x4 1991 Photo 3 / 6 du véhicule Ford Sierra RS Cosworth 4x4 1991 Photo 4 / 6 du véhicule Ford Sierra RS Cosworth 4x4 1991 Photo 5 / 6 du véhicule Ford Sierra RS Cosworth 4x4 1991 Photo 6 / 6 du véhicule Ford Sierra RS Cosworth 4x4 1991
  • Ford Sierra RS Cosworth 4x4 1991
    Ford Sierra RS Cosworth 4x4 1991
  • Sur le modèle 4 roues motrices, le moteur Ford 2000cc et 4 soupapes par cylindre optimisé par Cosworth et boosté par un gros turbo Garett gagne une vingtaine de chevaux pour atteindre 220 pur sangs à 6250 tr/mn.
    Sur le modèle 4 roues motrices, le moteur Ford 2000cc et 4 soupapes par cylindre optimisé par Cosworth et boosté par un gros turbo Garett gagne une vingtaine de chevaux pour atteindre 220 pur sangs à 6250 tr/mn.
  • Spoiler, antibrouillards, phare à longue portée et écopes d’air sur le capot trahissent la métamorphose de la Sierra familiale en bête de course.
    Spoiler, antibrouillards, phare à longue portée et écopes d’air sur le capot trahissent la métamorphose de la Sierra familiale en bête de course.
  • L’intérieur ne faisait pas rêver, mais on achetait la Sierra RS Cosworth  avant tout pour ses qualités dynamiques, pas pour son intérieur…
    L’intérieur ne faisait pas rêver, mais on achetait la Sierra RS Cosworth avant tout pour ses qualités dynamiques, pas pour son intérieur…
  • Les jantes alu en 15 pouces sont spécifiques à la version Trophy.
    Les jantes alu en 15 pouces sont spécifiques à la version Trophy.
Publié le par Copilot.fr
Ford Sierra RS Cosworth 4x4 1991
×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer