recherche en cours

FIAT 500 COUPE 1967

La belle italienne à la cylindrée mini procure un plaisir maxi selon son propriétaire Robert Patricolo. Quand la passion est et demeure le véritable moteur de toute une vie...

C’est bien souvent dans l’enfance que naît la passion. Les souvenirs de balades dans la Fiat Coupé 850 de l’oncle Puli pour aller à la plage au Maroc. Puis un peu plus tard lors de son arrivée en France à l’âge de 7 ans, le père de Bob lui offre un abonnement à la revue Automobile Magazine. Un parcours initiatique précieux pour apprendre le Français et développer une passion exacerbée pour l’automobile et les sports mécaniques.

Ingénieur dans le BTP en région parisienne, Bob n’hésite pas, l’espace d’un court week-end riche en sensations, à traverser régulièremenr la France pour participer à l’assistance technique de son ami Serge Sastre lors d’un rallye. Il officie ensuite pendant de nombreuses années comme copilote. Puis comme de plus en plus de passionnés, à l’approche de la cinquantaine, il décide de se tourner vers les véhicules anciens. « Je voulais une voiture pas chère avec la possibilité de trouver facilement des pièces. Ce n’était pas la vitesse mais le plaisir de conduire qui m’intéressait. La Fiat 850 Coupé, en plus de me rappeler des souvenirs d’enfance, correspondait bien à cela avec sa position de conduite au ras du sol, sa légèreté, son petit moteur rageur qu’il ne faut pas hésiter à pousser jusqu’à 8000 tr/mn ! » explique Robert Patricolo.

C’est du côté de Montauban qu’il a trouvé non pas un mais deux exemplaires de la bombinette italienne. Il s’agit d’une série 1 et d’une série 2 export en provenance de Suisse. Bob décide de partir sur la base de la série 1 dont la carrosserie lui plaît davantage et d’y greffer le moteur de la série 2, un 903 cc en théorie légèrement plus puissant que le 850 cc d’origine. Finalement ce moteur lui réserve plutôt une bonne surprise lorsqu’il découvre entre autres, que les pipes d’admission d’air ont été retravaillées. Ce petit moteur qui normalement développe 52 ch semble aujourd’hui plus proche des 60 ch. Cette puissance peut prêter à sourire mais  compte tenu du poids très contenu d’environ 670 kg, la Fiat 850 Coupé est une voiture très dynamique. Alors qu’aujourd’hui les constructeurs appliquent le « downsizing », c’est-à-dire la réduction de la cylindrée des moteurs pour consommer et polluer moins, on a l’impression de revenir plus de 50 ans en arrière quand les italiens excellaient dans les moteurs de moins de 1000 cc. 

Pour Bob, il n’est pas question d’acheter une voiture prête à rouler. Ce passionné de mécanique intarissable sur les détails techniques de nombreux véhicules, avait choisi la voie professionnelle des Travaux Publics puis de l’enseignement. La restauration ou plutôt la reconstruction de sa Fiat, est une occasion de mettre les mains dans le cambouis, de vivre véritablement sa passion à 100 %. Et lui qui a pendant tant d’années rendu service aux autres pour assouvir sa passion, est heureux de voir qu’à son tour d’autres passionnés lui viennent en aide dans son entreprise.« Il est évident que tout seul, je n’aurais pas pu retaper la voiture. J’ai pu bénéficier de précieux conseils et tout cela fait chaud au coeur. Mon beau-frère du garage Brice Collet Voitures Anciennes et son copain Kevinox, ont effectué un travail extraordinaire sur la caisse qui a entièrement été refaite. Au salon Auto Rétro de Barcelone, j’ai fait la connaissance d’Antonio Manzanarès, un éminent spécialiste de Fiat Abarth, qui m’a distillé de précieux conseils gratuitement et qui m’a permis de trouver des pièces détachées en Espagne. Jean-Paul Petit m’a fait cadeau d’un volant Abarth et Marc Pietrantuono m’a prêté les roues de sa 850 Vignale pendant un an, le temps que je fasse des essais  de trains roulants » explique Bob avec une certaine émotion. 

Les roues sont un point essentiel de la voiture et elles vont lui causer quelques sueurs froides. Les jantes en tôle de la voiture d’origine étant voilées, elles rendaient toute mise au point des trains roulants impossible. Soucieux de donner un look sportif à sa monture, Bob s’évertue à trouver de vraies jantes Abarth qu’il envoie en Pologne pour rénovation. Il ne les reverra jamais ! Ses recherches vont finalement le mener vers un jeu de Cromodora très élégantes.  « L’intérêt du Coupé 850 est que l’on trouve de très nombreuses pièces afin d’améliorer l’esthétique et la performance du modèle d’origine », précise-t-il. 

Dès les premiers tours de roue, Bob qui se souvenait que le Grand Walter Röhrl, deux fois champion du Monde des rallyes, avait remporté sa première victoire de classe de cylindrée au rallye de Bavière 1968 avec la Fiat 850 Coupé, décide de pousser son bolide à la limite. Une limite vite trouvée avec « un train avant catastrophique qui faisait rebondir dangereusement la voiture d’une bosse à l’autre, rendant le freinage très aléatoire ». Bob replonge dans ses bouquins spécialisés, se renseigne et conclut rapidement que sa voiture a besoin d’un train avant triangulé élaboré par le sorcier Carlo Abarth. Mais cela nécessite un important travail d’adaptation et une grande patience. 

Malheureusement une fois la voiture mise au point, il y a un peu plus d’un an, la maladie est arrivée. « Le pire de tout, c’est que je ne peux plus conduire » explique Bob un peu abattu. Mais dès que l’on reparle de sa belle italienne, une étincelle illumine son regard, le moral remonte en régime, la voix sonne clair… « Je me sens tellement vivant lorsque je parle de voiture » confie Bob. 

La Fiat 850 Coupé de Robert Patricolo est magnifique et tous ses amis savent qu’il pourra en reprendre le volant prochainement.

 

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 5 du véhicule FIAT 500 COUPE 1967 Photo 2 / 5 du véhicule FIAT 500 COUPE 1967 Photo 3 / 5 du véhicule FIAT 500 COUPE 1967 Photo 4 / 5 du véhicule FIAT 500 COUPE 1967 Photo 5 / 5 du véhicule FIAT 500 COUPE 1967
  • La Fiat 850 Coupé est éblouissante avec sa magnifique robe rouge. elle attire tous les regards et surprend par ses performances.
    La Fiat 850 Coupé est éblouissante avec sa magnifique robe rouge. elle attire tous les regards et surprend par ses performances.
  • La poupe façon « fastback » limite l’habitabilité arrière mais confère une véritable élégance à ce coupé 2+2. A noter la double sortie chromée de l’échappement Abarth pour permettre de mieux exprimer la sportivité du rageur petit 4 cyclindres en porte à f
    La poupe façon « fastback » limite l’habitabilité arrière mais confère une véritable élégance à ce coupé 2+2. A noter la double sortie chromée de l’échappement Abarth pour permettre de mieux exprimer la sportivité du rageur petit 4 cyclindres en porte à f
  • Le train avant à lame a été très avantageusement remplacé par un modèle Abarth très joli et très efficace.
    Le train avant à lame a été très avantageusement remplacé par un modèle Abarth très joli et très efficace.
  • Les jantes Cromodora en magnésium identiques à celles de la prestigieuse Ferrari Dino, apportent une touche de classe et de sportivité indéniable à la Fiat 850 Coupé.
    Les jantes Cromodora en magnésium identiques à celles de la prestigieuse Ferrari Dino, apportent une touche de classe et de sportivité indéniable à la Fiat 850 Coupé.
  • FIAT 500 COUPE 1967
    FIAT 500 COUPE 1967
Publié le par Copilot.fr
FIAT 500 COUPE 1967
×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer