recherche en cours

Citroën DS23 Pallas 1972

Dominique Paris possède plusieurs véhicules anciens de la marque au lion, plutôt évident quand on est agent Peugeot à Pignan. Mais cette fois-ci, il nous présente une Citroën DS, auto révolutionnaire de la période des 30 glorieuses et fleuron de l’industrie automobile française, qui a marqué son enfance.

« Je me souviens encore très bien lorsque j’étais enfant et que mon grand-père m’emmenait avec lui à bord de sa DS. Il y avait une odeur, une ambiance que je n’ai pas oubliées et que j’ai retrouvées dans celle dont j’ai fait l’acquisition il y a huit ans maintenant » explique Dominique Paris. La DS est en effet une voiture bien particulière qui marque les esprits. Dessinée par l’italien Bertoni en collaboration avec l’ingénieur aéronautique Lefebvre et l’hydraulicien Magès, la DS est une auto révolutionnaire à sa sortie en 1955. Elle représente la grande attraction du Salon de Paris, la même année. Elle rompt avec tous les canons esthétiques en vigueur à l’époque. Sa conception tout hydraulique en fait également une voiture d’avant-garde. Un brin chauvin, Dominique Paris ne tarit pas d’éloge sur cette voiture : « C’est un véritable OVNI par rapport à l’époque. C’est comme si un constructeur actuel commercialisait un concept car. La DS est un symbole de l’ingéniosité française… Qui voulait rouler en Audi, il y a 40 ans en arrière ? La DS est une voiture qui est encore moderne. Elle est toujours d’actualité et s’insère parfaitement dans la circulation de nos jours, ce qui est plus difficile par exemple lorsque j’utilise ma 203 pick up ». Cette voiture présidentielle a aussi bâtit sa réputation sur l’attentat du Petit Clamart contre le Général De Gaulle le 22 Août 1962. Capable de rouler sur trois roues, on raconte que la DS a joué un rôle capital ce jour-là dans l’échec de cet attentat.

Pour en revenir à la DS 23 qui nous occupe aujourd’hui, c’est par hasard que notre garagiste est tombé dessus. Un beau spécimen de 1972 équipé du moteur 2347 cc à carburateur développant 115 cv et à la finition luxe dénommée Pallas Une voiture en bon état mais qui est restée 3 ans en restauration dans les ateliers Peugeot de Pignan. «Nous avons pris notre temps » indique Dominique Paris avant d’ajouter : « Nous avons refait la peinture. La voiture était blanche à l’origine et nous avons préféré changer pour un gris métallisé. L’intérieur un peu défraichi a été remplacé. Le moteur est quant à lui d’origine. Par contre pour l’hydraulique, il vaut mieux demander à un spécialiste comme notre confrère du garage Citroën dont le père était déjà agent de la marque quand est sortie la DS ».

La DS 23 Pallas de Dominique Paris roule peu. La dernière fois, c’était à l’occasion d’un mariage ou bien pour participer aux manifestations du club Rétromécaniques de Pignan. Il faut dire que notre agent Peugeot possède aussi une 404 coupé, une 204 cabriolet et trois 504 coupé dont une V6 qui a sa préférence. Si notre garagiste héraultais n’a que l’embarras du choix pour vivre sa passion de l’automobile, certains propriétaires de DS y réfléchissent certainement à deux fois avant de prendre le volant. En effet, un cabriolet carrossé par Henri Chapron s’est vendu à près de 350 000 euros lors du salon Rétromobile  2009. Courrez fouiller la grange de vos aïeux, il s’y cache peut être un trésor.

Dorian Hirat

Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 3 du véhicule Citroën DS23 Pallas 1972 Photo 2 / 3 du véhicule Citroën DS23 Pallas 1972 Photo 3 / 3 du véhicule Citroën DS23 Pallas 1972
  • Dominique Paris a pris tout son temps pour la rénover.
    Dominique Paris a pris tout son temps pour la rénover.
Publié le par Copilot.fr
×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer