recherche en cours

Citroën Ami 6 break 1966

Les mains dans le cambouis depuis son plus jeune âge, Julien Roigt voue un attrait particulier au moteur Citroën bicylindre refroidi par air qui propulse l’Ami 6 de son arrière-grand-père. Grâce à cette Citroën qui a traversé plus d’un demi-siècle, il réunit sa passion de l’automobile et l’attachement profond à ses racines familiales. 

 

Lorsque l’on a été bercé au rythme du bicylindre à air et que les premiers mots que l’on prononce sont « Papa, Maman et 2CV », il y a de fortes chances pour que l’on devienne un passionné d’automobile. Et c’est bien le cas de Julien Roigt qui en a fait son métier en créant son garage Vintage Auto 66 à Rivesaltes. Notre jeune mécanicien possède une 2CV mais il a décidé de nous raconter l’histoire d’une autre automobile Citroën, l’Ami 6 de son arrière-grand-père perpignanais Landry. Achetée neuve à la concession Citroën de Perpignan par son aïeul en février 1966, la 3CV restée endormie pendant 25 ans avant que Julien ne la réanime il y a 10 ans, totalise aujourd’hui exactement 99 999 km.
« Je bricole les Solex et les Mobylette depuis l’âge de 10 ans. J’en possède aujourd’hui 40. Devant autant de passion, la fille de mon arrière-grand-père qui est aussi ma marraine, m’a proposé de récupérer l’Ami 6 alors que j’avais 13 ans. Nous sommes allés dans la remise familiale, j’ai ouvert le capot et … je l’ai pris sur la figure ! Malgré cela je l’ai trouvé trop belle. J’ai changé la batterie, les bougies, remis un peu d’essence dans le carbu et elle a démarré au quart de tour. J’ai un grand attachement sentimental à cette voiture. Elle fait partie de l’histoire de ma famille. Chaque fois que mon père me raconte un épisode de la saga familiale, l’Ami 6 en fait partie. Il m’a également détaillé toutes les anecdotes au sujet de chacune des bosses de l’Ami 6 » explique Julien. 

Si la peinture est toujours le blanc Carrare d’origine en revanche notre jeune mécanicien a effectué bon nombre de réparations comme le remplacement de l’embrayage car « Papi avait tendance à garder le pied sur la pédale », et de l’échappement.
Tout récemment les sièges ont été refaits à neuf. « Ça m’a couté les yeux de la tête mais je ne regarde pas le budget quand c’est sentimental. Et je tiens absolument à réaliser l’entretien avec de la pièce d’origine » précise Julien.
La particularité de son Ami 6 est qu’elle possède toujours tous ses accessoires de l’époque. La trousse à outils, la galerie, les vignettes de chaque année (disparue aujourd’hui et qu’aucun automobiliste ne semble regretter !) et le disque de stationnement de la Ville de Perpignan de 1960. Outre l’attachement sentimental à la voiture de son arrière-grand-père, Julien Roigt aime la Citroën Ami 6 pour le charme de son moteur 2 cylindres à plat opposé dit « boxer » et refroidi par air de 602 cc développant 26cv. « Le bicylindre c’est une passion. Avec une puissance aussi modeste, il faut savoir rouler en prenant son temps et c’est ce qui me plaît. Dès que je suis au volant, j’ai le sourire. C’est une voiture rare dans notre département. Malgré sa gueule de crapaud écrasé, elle a son succès. Les petits vieux viennent discuter avec moi. Ils ont du mal à comprendre comment un jeune comme moi peut être passionné par une vieille voiture. Je me régale… » explique Julien.

Et puis l’instinct du mécanicien reprend le dessus : « Elle commence à fumer un peu au démarrage. Il va falloir que j’ouvre le moteur pour remplacer les joints de queue de soupapes ». Un vrai jeu d’enfant pour Julien, car malgré ses 23 ans les vieux moteurs Citroën n’ont pas de secret pour lui.

Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 5 du véhicule Citroën Ami 6 break 1966 Photo 2 / 5 du véhicule Citroën Ami 6 break 1966 Photo 3 / 5 du véhicule Citroën Ami 6 break 1966 Photo 4 / 5 du véhicule Citroën Ami 6 break 1966 Photo 5 / 5 du véhicule Citroën Ami 6 break 1966
  • Une Ami 6 dans un état concours peut atteindre la côte maximum de 12 000€ selon Julien Roigt.
    Une Ami 6 dans un état concours peut atteindre la côte maximum de 12 000€ selon Julien Roigt.
  • L’instrumentation de l’époque plutôt rudimentaire.
    L’instrumentation de l’époque plutôt rudimentaire.
  • L’instrumentation de l’époque plutôt rudimentaire.
    L’instrumentation de l’époque plutôt rudimentaire.
  • Vue sur le petit boxer de 602cc refroidit par air dont le bas moteur est dérivé de la 2CV. A noter la batterie et l’équipement électrique en 6 volts.
    Vue sur le petit boxer de 602cc refroidit par air dont le bas moteur est dérivé de la 2CV. A noter la batterie et l’équipement électrique en 6 volts.
  • Une composition signée Julien Roigt évoquant une publicité des années 60 et qui résume bien l’art de vivre des possesseurs d’Ami 6 et les atouts de cette voiture.
    Une composition signée Julien Roigt évoquant une publicité des années 60 et qui résume bien l’art de vivre des possesseurs d’Ami 6 et les atouts de cette voiture.
Publié le par Copilot.fr
Citroën Ami 6 break 1966
Plus d’infos

Photos : Hervé Louvet

×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer