recherche en cours

Benjamin CARDENAS "Même si parfois j’ai peur, je ne lève surtout pas le pied !"

A 30 ans et après 8 années de compétition automobile, le pilote de Bédarieux, licencié à l’ASA du Vignoble tarnais, connaît enfin la consécration de son talent avec 4 victoires au volant de sa belle 306 Maxi appartenant au groupe F2000.

Dorian Hirat : Comment expliquez-vous ces 4 victoires cette saison, les premières de votre carrière?
Benjamin Cardenes : "Depuis 2010, je consacre énormément de temps à régler l’auto. A force de gratter un peu partout, ça commence à payer. L’année dernière, je suis passé aux amortisseurs réglables. Grâce à cette évolution j’ai enfin pu avoir une auto avec le comportement dynamique que je voulais."

D.H. : Parmi ces victoires, quelle est la plus belle ?
B.C. : "La dernière bien sûr. Celle acquise il y a quelques jours sur les routes du Fenouillèdes, une épreuve nationale réputée difficile. J'ai été surpris d'être capable de rouler aussi bien. Je ne peux pas non plus oublier la première victoire au Sidobre. Battre Yannick Vivens, c’est quand même quelque chose. Il est la référence à mes yeux."

D.H. : Quand et comment avez-vous débuté en rallye ?
B.C. : "C’était en 2008 avec une 205 en F2000/14. C’est une opportunité qui s’est présentée. La catégorie F2000 est intéressante car elle permet de bricoler, de faire beaucoup de choses soi-même avec un coût maîtrisé. J’ai toujours aimé la vitesse depuis que je roule en mobylette. Et Pascal, mon frère aîné, m’a montré la voie. Il courrait comme copilote avec Benoît Salas au temps de la Clio grA puis de la Super 1600."

D.H. : Pourquoi la 306 Maxi F2000 ?
B.C. : "C’est une voiture mythique. Et puis c’est aussi la bonne voiture pour se faire plaisir avec mon budget."

D.H. : Pouvez-vous nous décrire votre voiture car je sais que nos lecteurs aiment connaître ce genre de détails ?
B.C. : "Elle a un train avant avec pivots de 306 Maxi et des freins de 355 de diamètre. Ce sont les plus gros que l’on puisse monter avec des roues de 17 pouces. Des amortisseurs Alp Racing Suspension dont je suis particulièrement content. Avant, l’auto avait toujours les roues en l’air et rebondissait. Le train arrière est d’origine mais renforcé. Le moteur 2000 cc développe 260 cv et 25mkg de couple pour un régime maxi de 8500 tr/mn. La voiture est presque au poids avec 970 kg. J’utilise une boite séquentielle BMO 6 vitesses qui me permet de rouler à 170 km/h en vitesse de pointe. J’envisage peut-être une évolution moteur."


D.H. : Quels plaisirs ressent-on dans l’auto ?
B.C. : "C’est une question difficile. Est-ce que les autres pilotes ont déjà réussi à y répondre ? Je ne sais pas quoi vous dire… C’est un plaisir inqualifiable. Un mélange de peur et d’excitation. Parfois, tu rentres dans un virage sans savoir si tu vas ressortir sur les 4 roues. Quand sur un saut tu décolles, tu espères que rien ne va casser à la réception. Même si parfois j’ai peur, je ne lève surtout pas le pied. Il faut que ça passe !"

D.H. : Rassurez-nous, c’est quand même un risque relativement maîtrisé ?
B.C. : "Oui, mais on n'est sûr de rien."

D.H. : Votre pilotage privilégie-t-il plutôt le spectacle ou l’efficacité ?
B.C. : "L’efficacité avant tout. Je ne veux pas savoir où sont placés les copains dans les spéciales, comme ça je ne suis pas tenté d’en rajouter. C’est le chrono qui prime. L’année dernière, j’ai loupé le podium au rallye du Fenouillèdes pour 1.6 secondes. Vous avez donc compris qu’il faut optimiser. Un frein à main mal maîtrisé et la victoire ou le podium peuvent s’envoler."

 

D.H. : Votre excellente saison vous a-t-elle donné de nouvelles ambitions ?
B.C. : "Mon objectif pour 2017, c’est de participer à la finale de la Coupe de France des rallyes qui se déroulera sur le site du rallye de la Sainte-Baume, si je ne me trompe pas. Je vais aller faire les rallyes qui me donnent envie. Le championnat de ligue ne m’intéresse pas, car j’ai pu constater que c’est particulièrement dur de jouer placé. Après une saison exceptionnelle, il ne va pas falloir décevoir en 2017."

Propos recueillis par Dorian Hirat.
(Photos © J-L CUCALA ; Dorian Hirat) 

Partagez sur les réseaux sociaux

Galerie d'images

Photo 1 / 5 du véhicule Benjamin CARDENAS "Même si parfois j’ai peur, je ne lève surtout pas le pied !" Photo 2 / 5 du véhicule Benjamin CARDENAS "Même si parfois j’ai peur, je ne lève surtout pas le pied !" Photo 3 / 5 du véhicule Benjamin CARDENAS "Même si parfois j’ai peur, je ne lève surtout pas le pied !" Photo 4 / 5 du véhicule Benjamin CARDENAS "Même si parfois j’ai peur, je ne lève surtout pas le pied !" Photo 5 / 5 du véhicule Benjamin CARDENAS "Même si parfois j’ai peur, je ne lève surtout pas le pied !"
  • "Même si parfois j'ai peur, je ne lève surtout pas le pied"
    "Même si parfois j'ai peur, je ne lève surtout pas le pied"
  • La 205 des débuts sur 2 roues au rallye Cathare 2008.
    La 205 des débuts sur 2 roues au rallye Cathare 2008.
  • "La dernière bien sûr. Celle acquise il y a quelques jours sur les routes du Fenouillèdes, (...)"
    "La dernière bien sûr. Celle acquise il y a quelques jours sur les routes du Fenouillèdes, (...)"
  • "Mon objectif pour 2017, c'est de participer à la finale de la Coupe de France des rallyes."
    "Mon objectif pour 2017, c'est de participer à la finale de la Coupe de France des rallyes."
Publié le par Copilot.fr
Benjamin CARDENAS "Même si parfois j’ai peur, je ne lève surtout pas le pied !"
×
Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez tous les mois nos dernières actus et nos nouvelles éditions du magazine Copilot.fr dans votre boite e-mail.

Fermer